Inscription Aller à: [ recherche ] [ menus ] [ contenu ] [ montrer/cacher plus de contenu ]



La Voix du Cantal…

Par la plume Martin Lissargues narrait à ses lecteurs, aux lendemains de la « libération », la délivrance d’Aurillac : « Au lendemain de la Libération et quand il fut bien établi par des renseignements incontestables, que pas un Allemand ne restait dans notre ville, nous fûmes témoins de cette « bataille d’Aurillac » dont la radio entretient, pendant plusieurs jours, toute la France, et qui aurait dû valoir au chef-lieu de la Haute-Auvergne, la Croix de guerre avec palme.

Les maquisards (et on sait qu’il y eut plusieurs sortes de maquis) s’emparèrent avec bravoure de notre ville. M. Ingrand, commissaire de la IVe république, se rendit tout droit à la Banque de France. Nos rues étaient parcourues par des gars pourvus d’un brassard tricolore, et, en bandoulière, ils portaient une mitraillette.

Ce qu’il y avait de plus beau, c’était l’étonnante multitude des officiers. Les commandants et les capitaines surgissaient à tous les coins de rues. Un jour vint où l’on proposa à cette foison de gradés, tout fiers de l’héroïsme attesté par les galons qu’ils avaient cousus sur leurs manches, de s’engager dans la 1ère Armée qui, sous la conduite du général de Tassigny, hâtait la déroute de l’ennemi.

Ils prirent fort mal cette plaisanterie. A ma connaissance, pas un seul de ces braves n’accepta cette proposition ridicule.

Si d’aventure, nos renseignements sont inexacts, et si l’un de ces « commandants » accepta de s’en aller imprudemment à la bataille (car on peut toujours recevoir un mauvais coup !) qu’il veuille bien nous l’écrire ! Nous lui rendrons avec joie le beau témoignage qu’il mérite ».

Hélas, dans ce beau département, les bavures ne purent être évitées. Ainsi M. Baldet, dans le village Lavastrie fut assassiné par trois hommes, qui étaient connus. C’était le 16 juillet 1944. Le 1er août suivant, le ministre des Anciens combattant informât le maire de la commune d’avoir à apposer la mention « Mort pour la France, en marge de l’acte de décès de M. Baldet. Les assassins furent-ils arrêtés ?

Pas de Commentaires à “La Voix du Cantal…”

  ( Fil RSS pour ces commentaires)

Laisser un commentaire


Notre mariage - Il nostro m... |
CANTERBURY T@LES |
cplespilettes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Millenium Development Goal
| Blog du niveau intermédiaire
| Gregmontres